Soyez au centre de L'histoire !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Journée de classe : galèreuh [pv : Pologne et Canada]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
America

avatar

Messages : 378
Date d'inscription : 18/03/2011
Age : 21
Localisation : Sur la banquise à lustrer des pingouins *-*

MessageSujet: Journée de classe : galèreuh [pv : Pologne et Canada]   Sam 23 Fév - 19:00

« DRIIIIIIIIING DRIIIIIIIIING »

Son réveil sonnait comme tous les matins à 7h14 et pas une seconde de plus. Le temps que la sonnerie assourdissante puisse s'arrêter, une bonne minute serait alors passée. C'était donc à 7h15 précise qu'America se décida enfin à quitter son lit moelleux et chaud. La journée du jeune homme pouvait dès lors enfin commencer. Sa matinée avait été calculée précisément pour faire en sorte qu'il n'arrive pas en retard en cours. Son anglais favoris veillait à ce qu'il soit le plus ponctuel possible. Comme à sa grande habitude, il se leva et fila à la salle de bain afin de se brosser activement les dents et passer rapidement de l'eau sur son visage grincheux. Il n'avait pas bonne mine au saut du lit, mais un bon petit déjeuner allait sans doute lui rendre son sourire. Rien de mieux qu'un délicieux breakfast calorique et sucré pour donner un surplus d'énergie à notre héros. Après avoir enfilé son uniforme scolaire et avoir refait une quinzaine de fois sa cravate avant d'obtenir un nœud convenable, le jeune américain jeta rapidement un coup d’œil à son horloge. Il était exactement 7h57.
Faisons un peu de maths : quand on sait que pour aller du point A (chambre d'internat d'America) au point B (salle de classe) il faut exactement 20 minutes à une allure de 5km/h (à pas tranquille) et que les cours commencent à 8h pile. À quelle heure arrivera America en cours ?

À 8h76 et 3 seconde ! … Attendez, il y a un problème de calcul … Bref, le jeune homme arriva bien évidemment en retard en salle de classe. De 8h à 9h, c'était le cours de géographie, c'était donc avec cette matière qu'il allait pouvoir commencer sa journée héroïque. Une fois entré en classe, il partit à sa place attitré tout en s'excusant de son léger retard. Le prof n'était pas du tout surpris, ce n'était que la cinquième fois cette semaine. Malgré sa matinée chronométrée à la minute près, jamais America n'était arrivé à l'heure en cours. Pourtant il faisait des effort afin de s'appliquer mais il y avait toujours un événement imprévu qui surgissait à la dernière minute. Notre héros s'installa ensuite à son pupitre réservé, celui qui se trouvait au premier rang et qui était juste à coté de la fenêtre. Il sortit tout naturellement son cahier de cours et l'ouvrit à sa dernière page de note. Il devait se rattraper, arriver le dernier en classe n'était définitivement pas cool et c'était totalement contraire à la réputation d'un héros. Vous imaginez Superman arriver en retard pour sauver les habitants d'une maison en flammes ? Vous imaginez Batman prétexter que sa Batmobile n'avait plus d'essence ? NON ! Être ponctuel constituait l'image d'un super héros. Pour se racheter, America allait se donner à 300% pour ce cours de géographie. Plus question de dessiner dans son cahier de note comme il avait l'habitude de faire, non. Il allait montrer le sérieux travailleur assidu qu'il était et ainsi épater les autres élèves par son incroyable culture en géographie.

« Comment se nomme ce pays ? Demanda le professeur en pointant une nation sur la carte géante affichée au tableau.

- LA FRANCE ! S'exclama America avec détermination tout en levant énergiquement sa main. »

Non seulement, il avait pris de lui même la parole sans se soucier de ses camarades, mais aussi il avait donné une réponse erronée. Le professeur se frappa le front avec la paume de sa main. Le pays qu'il désignait sur sa carte sans nomenclature était une énorme terre qui se localisait au sud-est du continent asiatique, tout au sud du Japon. Il y avait incontestablement plus de koalas et de kangourous là bas que de coq. Le long silence qui pesait lourdement dans l'atmosphère de la classe ne lui fit pas comprendre son erreur. Et il continua donc à sourire comme l'imbécile heureux qu'il était, sans se douter que se réputation de zéro pointé en géographie s'affirmait chaque instant un peu plus.
Le reste de l'heure, America la passa en étant allongé sur son pupitre, les yeux fermés et en bavant légèrement sur son cahier de note. Sur ses paupières closes étaient dessinés avec un stylo bleu des faux yeux grand ouverts. Ce jeune homme était très fort, il donnait l'impression de dormir tout en dormant réellement. Sa motivation avait incroyablement chuté, difficile à croire que cet homme avachi était le même que celui qui était déterminé au début de cours. La voix du professeur le sortit de son état végétatif. Ce dernier annonça solennellement qu'il avait finit de corriger les tests de la semaine dernière. Il les distribua rapidement en se faufilant entre les pupitres et sortit de la classe à l'instant même où la cloche sonna la fin de l'heure. Cet instituteur n'avait qu'une seule envie depuis le début c'était de quitter au plus vite la classe mais dans sa sortie furtive, America ne vit qu'un homme incroyablement ponctuel. Après le départ du professeur de géographie, notre héros en herbe saisit sa feuille de test qui était tartinée de rouge, signe de la correction. À la vue de sa note écrite en gros en haut de la page, son visage s'illumina par un sourire éclatant. Il se leva subitement de sa chaise et éleva son test pour mieux le contempler. Une telle explosion de rouge ne lui inspirait que de la joie et une étrange béatitude. Ensuite, il regagna sa chaise lourdement mais toujours le sourire aux lèvres. America se tourna soudainement vers son voisin de derrière. Sa vision américaine fit qu'il ne vit personne et pourtant il y avait bien un jeune homme discret qui lui ressemblait étrangement mais cela, il ne le remarqua pas. Il se tourna ensuite vers son voisin de droite pour lui exhiber fièrement sa note.

« Hey ! Pologne !!! Regarde ça ! J'ai eu 3 ! Tu t'rend compte ?! 3 !!! Je m'suis vachement améliorer depuis mon 1,5 du mois d'avant. J'l'ai doublé !!! Le mois prochain ç'sera encore plus fort ! Et toi sinon ? »

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Spoiler:
 
Thanks Mister Freeze !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-of-mar-rpg.forumactif.com/
Pologne

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Journée de classe : galèreuh [pv : Pologne et Canada]   Dim 24 Fév - 14:18

Pologne était de très mauvaise humeur, ce matin-là. Comme à peu près tous les matins depuis qu'il avait dû intégrer la W gakuen. Car, comme tous les matins, son stupide réveil avait sonné AVANT 9H, ce qui était TOTALEMENT contraire à ses principes de lève-tard! Et, comme tous les matins, le jeune adolescent blondinet se tenait debout devant son armoire, un paluszki dans la bouche, frustré par le dilemme digne d'une tragédie classique qui s'offrait à lui.
D'un côté, il avait la solution "sage", "raisonnable", "réglementaire" : l'uniforme masculin, une chemise blanche, un débardeur beige, une cravate brune et un pantalon vert. Bref, une tenue absolument pas mignonne mais qui ne lui attirerait pas d'ennuis s'il la portait.
Et, de l'autre côté, il avait la solution "excentrique", "folle", "hors-la-loi" (de l'école) : la tenue qu'il s'était dégoté et qu'il portait presque aussi souvent que la première avec, pour conséquence, pas mal d'observations. Un chemisier blanc, des bas noirs, une cravate noire et une jupe à bretelle rouge. L'uniforme féminin. Bien plus joli mais lourd de dangers...
Le jeune garçon grignotait donc ses paluszki en se demandant ce qu'il allait bien pouvoir porter, penchant tantôt pour l'une, tantôt pour l'autre. Lorsqu'enfin il se décida, le réveil affichait 7h45. Il finit par attraper sa deuxième solution (après tout, il commençait à faire chaud ces derniers jours), s'habiller vite fait, se passer un coup de brosse (et mettre une barrette parce que "ça le fait genre trop!"), prendre son sac et filer à toutes jambes dans les couloirs de l'académie en direction de sa salle de classe qu'il atteignit précisément 18 secondes après que la cloche ait sonné. Sans aucune gêne, il alla s'asseoir à sa place, au nez et à la barbe des élèves et du professeur déjà présents.
Bah! Ce n'était pas comme si il était le dernier arrivé! Beaucoup d'autres étaient en train d'entrer discrètement et le couloir était loin d'être vide. Mais Pologne avait, depuis longtemps, l'impression que le professeur de géographie ne l'aimait franchement pas.
- Lukasiewicz, puis-je savoir ce que vous portez actuellement?
Réciproquement, d'ailleurs...
- Ja? Au hasard, je dirais genre l'uniforme? , fit-il avec un sourire effronté.
Le professeur sembla hésiter quelques instants entre lui mettre une baffe ou une heure de colle et, finalement, choisit de l'ignorer. Feliks, n'avait pas peur de cet homme grincheux, ni des punitions et, de toute façon, même le directeur était au courant de ses choix vestimentaires. Il sortit son cahier, jeta un oeil au tableau et laissa tomber sa concentration. Il aimait cette matière presque autant que celui qui l'enseignait. Avec un soupir las, il attendit que le professeur ronchon ait bien entamé son monologue pour fignoler ses nombreux croquis de poney, de fleur et d'arcs-en-ciel qui pullulaient dans les marges de son cahier.
Il ne fut tiré de sa rêverie que par l'arrivée d'un Américain en retard qui s'excusa avant d'aller s'asseoir à côté de lui. C'était si courant que même le professeur renonça à lui faire signer un mot de retard. Bon, ce genre d'évènement ne l'aurait pas dérangé si, quelque instants plus tard, cet imbécile n'avait pas hurlé :
- LA FRANCE !
En souriant comme un attardé. Pologne était loin d'être doué en géographie mais il était à peu près sûr que la France n'était pas une île et se situait plutôt vers l'Europe. Il n'y avait vraiment qu'America pour se planter à ce point.
Le reste de l'heure se déroula aussi normalement qu'une heure peut se dérouler à la W gakuen. Quelques élèves essayaient tant bien que mal d'écouter tandis que les autres chahutaient plus ou moins discrètement. D'autres comme Heraclès ou Alfred... dormaient carrément, avachis sur leurs tables sous le regard fatigué du prof. Feliks retrouva peu à peu sa bonne humeur en échangeant des messages avec Toris, assis à l'autre bout de la salle parce que, soit disant, "ils discutaient trop". Il restait certain que c'était une machination pour le tenir éloigné de son meilleur ami.
Finalement, le prof leur distribua les derniers tests fraîchement corrigés et s'enfuit sans demander son reste lorsque la cloche sonna dans l'établissement. Feliks jeta un oeil dédaigneux à sa copie avant de la ranger tout au fond de son cahier et d'essayer de se rappeler quel était le cours suivant. Non, il n'était pas très doué en géographie mais c'était loin d'être important, au fond...
- Hey ! Pologne !!! Regarde ça ! J'ai eu 3 ! Tu t'rend compte ?! 3 !!! Je m'suis vachement amélioré depuis mon 1,5 du mois d'avant. J'l'ai doublé !!! Le mois prochain ç'sera encore plus fort ! Et toi sinon ?
...
Non, si même une puissance mondiale comme America était incapable de localiser ses alliés sur une carte, pourquoi lui qui ne s'intéressait que rarement à se qui n'était pas de chez lui devrait-il faire des efforts? Pologne ricana un peu et décida d'être conciliant vu que son abruti de voisin de classe venait de lui rappeler qu'il n'était pas le plus mauvais dans cette matière.
- Ouais, genre totalement, America! Et peut-être qu'avec un peu de chance, t'aura genre atteint la moyenne d'ici la terminale! Ah, et j'ai eu genre 9/20.
Conciliant, tout à fait. Bon, peut-être un peu sarcastique aussi... Au fait, le mois dernier, le contrôle n'était-il pas noté sur dix? Bah! Peu importe! Pologne prit son sac et se leva, histoire d'arriver à l'heure au cours suivant qui portait sur les mathématiques s'il avait bonne mémoire. Mais, par un mystère tout à fait inexpliqué, il parvint à se heurter à... quelque chose de plutôt transparent et à retomber sur le sol tandis que son sac trouvait la bonne idée de se vider de son contenu pour le punir d'avoir oublier de le fermer.
- Ała! Hé, mais ça va totalement pas? Et t'es qui, toi, d'abord?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Canada

avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 02/05/2012
Age : 21
Localisation : Dans la neige *3*

MessageSujet: Re: Journée de classe : galèreuh [pv : Pologne et Canada]   Dim 24 Fév - 15:39

Et tu sonnes, sonnes, sonnes ce refrain qui te plait. Et tu dring, dring, dring, c'est ta façon d'aimer. Ce rythme qui t'entraine en dehors du lit, réveille en toi le tourbillon d'un vent de foliiiie. Yeah ! Allez, on bouge son bassin et sa brosse à dents en rythme. Une, deux, une, deux. Vous sentez cette ambiance de malade ? Non, je déconne ... En réalité, la séance du réveil chez Canada ressemblait plus à la danse d'un poulpe anémique, à la séance de bronzage d'un morse sur une plage ensoleillée de l'Antarctique qu'à une fête dans une boîte. Plus de motivation que ça, tu crèves. Mettons cela sur le compte du manque de sucre ... Pour qu'il fonctionne normalement, il fallait minimum dix pancakes, deux bouteilles de Maple Syrup et trois chocolats chauds à notre blondinet. Il fixa l'horloge, elle le fixa, ils se fixèrent. Six heures et demie du matin ... Eh ouais, y'a des courageux ici, tsk ! Loin de lui l'envie d'arriver au même niveau scolaire pathétique, que dis-je, horribulocapilotractique, que son imbécile de frère. Non mais oh, y'avait pas besoin de deux boulets ... Un c'était déjà bien suffisant, Canada devait rattraper le niveau. Voilààà, maintenant qu'il avait engloutit ses pitits pancakes chéwiis, tout allait bien dans le meilleur des mondes, les castors chantaient dans la montagne accompagnant les élans qui ... QUI a mis du GHB dans son Maple Syrup ? Herm ... Oublions ça je vous prie. Après avoir pris un douche rapide, il s'installa devant sa garde-robe qui était très ... Huh ... Réduite. 'Faut dire que quand on ose porter du vert clair avec du rouge et du bleu clair, on ne peut plus être sauvé question vestimentaire. Pendant un moment, l'idée de débouler nu lui effleura l'esprit ... P'têt qu'on ferait enfin attention à lui si il se pointait à poil. Le problème, c'est qu'il était beaucoup trop timide pour tenter quelque chose d'aussi ... Débile. Il se résolut donc à porter l'uniforme standard de la W Gakuen. Il attrapa Kuma ... Enfin, le truc dont ses petits camarades ne savaient pas vraiment si c'était un véritable ours polaire ou une peluche. IL PARLAIT ! Je vous le jure ! Non, non, il ne devenait pas anglais en parlant à des machins imaginaires ... Il l'espérait du moins. Il saisit également une pile de copies sur son bureau qu'il fourra dans son sac avec des punitions et des bulletins de colle. Ce n'était pas les siennes, je vous rassure. Non, mais vous l'imaginez sérieusement faire le bordel en classe ? Il n'arrêterait pas de s'excuser toutes les deux secondes ... Tout cet attirail était à America, comme les professeurs les confondaient souvent, il se retrouvait tous les jours avec des feuilles qui étaient destinées à son frère ... Et des punitions aussi ... Mais celles-là, il les faisait souvent lui, même si elles ne lui étaient pas adressées de peur que l'américain oublie de les faire et se fasse virer ... NAHA ! Que dites-vous à cela ? Oui, que c'est une bonne poire ... Je vous l'accorde.

Il arriva devant la salle de classe, en avance, avec quelques autres personnes et s'installa à une place au deuxième rang juste près de la fenêtre. Pour une fois, le prof allait peut-être le remarquer et arrêter de le compter absent bien qu'il était présent dans la salle. Le cours avait commencé lorsque Pologne fit entrée fracassante. La seule réaction de Canada fut un violent rougissement avec une face genre – oui, je te dois dix euros de droits d'auteur Pologne, je sais – ohmygawd. E-Eh ? I-Il portait l'uniforme ... Féminin ... Rétrospectivement, ce n'était pas si étonnant mais ça faisait toujours autant d'effet à notre sensible Canadien qui s’embarrassait d'un rien. En tout cas, chapeau parce que jamais, je dis bien ja-mais, Matthew ne porterait cette chose même pour tout le maple au monde – quoique, en y réfléchissant ... S'en suivit après America ... No comment ... La honte totale ... Canada s'enfouit instinctivement la tête derrière son livre. Il ne le connaissait pas, il ne le connaissait pas. Son frère ? Vous rigolez, c'était juste un type qui avait vu de la lumière et qui ... Bref, on va faire comme si de rien n'était. Il n'avait rien vu, rien entendu, pas la peine de parler de cet énergumène. Il se replongea dans le cours, prenant des notes furieusement. Finalement, l'heure des tests arriva ... Sauf pour Canada. Les copies avec le nom « Williams » passaient de temps à autres à la trappe dans la mesure où les profs étaient persuadés de n'avoir aucun élève de ce nom en classe. Sympa. Il se tuait à réviser comme un malade tout ça pour rien ... Meu ... Pas cool.

« America ... J'ai des copies qui t'appartiennent et- »

Canada se leva, se dirigeant vers America pour lui remettre toutes les fabuleuses notes qu'on lui avait donné à cause d'une soit-disant ressemblance physique, quand, c'est le drame, Pologne le percuta de plein fouet. Le blond à lunettes, s'étala de tout son long dans une magnifique cascade digne d'un film de Bruce Willis. Rooo ... On le bousculait maintenant ... Abusé quoi ... La prochaine étape on lui crachait dessus ou bien ? Oulala, y'a de la rébellion dans l'air mes enfants. Non, j'déconne. En bonne carpette qu'il était, Canada se précipita vers les affaires de Pologne tombées pour les remettre dans le sac de ce dernier.

« Pardon, je suis désolé, pardon, c-c'est Canada, pardon, pardon, excuse-moi ... »

Si il l'avait blessé, il ne s'en remettrait sûrement jamais. Déjà que le pauvre petit n'en dormirait pas de la nuit d'avoir provoqué un accident alors s'il avait tué une nation en la percutant non volontairement avec toute sa surpuissance de brindille, que serait sa vie ? Il ramassa toutes les affaires de Pologne et offrit sa main pour que ce dernier se relève.

« Je n'avais pas fait attention ... C-C'est de ma faute ... Tu ... Tu vas bien, eh ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
America

avatar

Messages : 378
Date d'inscription : 18/03/2011
Age : 21
Localisation : Sur la banquise à lustrer des pingouins *-*

MessageSujet: Re: Journée de classe : galèreuh [pv : Pologne et Canada]   Dim 24 Fév - 20:08

Pffff … Quelle heure était-il ? Quoi seulement 9h ?! C'est tout ?! Une journée de cours basique commençait normalement à 8h pour finir en fin d'après-midi à 17h. Autant dire qu'America en avait pas encore terminé avec cette journée, loin de là. Mais c'était une bonne expérience que de suivre les cours à la WW academy, lui qui n'était pas un jeune homme comme les autres, il pouvait ainsi vivre comme toutes les personnes normales. Cependant une chose joyeuse était à noter : la pause déjeuner n'était que dans trois petites heures. Que trois petites heures de rien du tout, cela passera plus vite qu'une assommante remontrance de son anglais favoris. Enfin une bonne nouvelle dans cette vie cruelle et morose !

Bref, la première heure était passée de manière plutôt cool pour le jeune américain, cependant, il préférait définitivement aller à l'EPS pour se défouler un peu. Mais le cours de sport n'était programmé que pour cet après-midi. L'heure suivante était celle des mathématiques. Contrairement aux préjugés incessants sur ses facultés mentales, America était bon en maths. Pour cette manière, il n'avait pas besoin de retenir des localisations de pays ou même savoir leur culture ou leur situation politique. Combien de fois s'était-il rebellé contre le prof pour lui affirmer haut et fort que la seule politique qui valait le coup était la démocratie ? D'ailleurs, il avait été collé de nombreuses fois, mais jamais il n'avait reçu les convocations pour aller aux retenus. Où allaient-elles ? Bah ce n'était pas si important. Pour revenir au maths, oui, il s'en sortait, à la grande surprise des professeurs. Ce n'était pas pour rien qu'on appelait cette matière ''la science des ânes''. Notre jeune héros n'était pas obligé de comprendre ce qu'il faisait comme tout était si mécanique.
Cette fois-ci, hors de question de se choper la honte en affirmant quelque chose de faux, ses camarades allaient réellement être impressionnés par ses facilités en mathématiques. C'était donc, le sourire aux lèvres qu'America se leva de sa chaise afin d'atteindre la salle suivante. Avant même qu'il ne puisse franchir la porte de sortie, il entendit une drôle de voix qui lui semblait étrangement familière. Il se retourna et ne vit rien. Avait-il rêvé ? Ou bien c'était tout simplement un fantôme ? Notre héros frissonna à cette seule hypothèse invraisemblable. Soudain, Pologne heurta quelque chose d'invisible et tomba violemment au sol. Les voix que le jeune américain avait entendu, recommencèrent pour s'excuser cette fois-ci et se présenter. Il reconnut dès lors son jeune frère Canada. Mince, ça faisait longtemps qu'il était scolarisé ici ? Nah, ça devait être sûrement son premier jour, sinon son frère si attentionné l'aurait déjà remarqué.

« Nyahahahahahahaha ! Hey ! Are you playing football ?! (note : il s'agit du football américain ici) Att'dez cette après-midi s'vous voulez vous mettre d'ssus ! »

Bien sûr qu'America n'avait pas compris la situation mais ce n'était pas parce qu'il ne savait rien, qu'il devait obligatoirement rester silencieux. D'ailleurs Pologne ne s'était-il pas montré sarcastique avec lui tout à l'heure ? Bah notre héros voulait seulement communiquer sa note, il n'avait pas écouté sa réponse, pourquoi se préoccuper des remarques des autres ? C'était ce je-m'en-foutisme caractérisé qui faisait la grandeur des États-Unis d'Amérique. Après avoir bien ricané, il jeta un rapide coup d’œil à la pendule, il était 8h03, le professeur de maths n'allait pas tarder à rejoindre sa classe à moins qu'il n'y était déjà. Hors de question qu'America arrive pour la seconde fois de la journée en retard, bon ça ne serait pas la première fois (ça ne serai que la 345ième), mais quand même ! Vite, vite il fallait qu'il parte pour vite rejoindre la classe avant l'instituteur. Il ne lui manquait plus qu'une paire d'oreilles blanches de lapin et une montre à gousset et America aurait été un parfait Lapin blanc. Pologne aurait été incontestablement Alice, il était le seul à pouvoir porter si élégamment un jupe, tandis que Canada serait … Un fantôme n'avait décidément pas sa place dans Alice aux pays des merveilles.
Bref il se devait d'arriver au plus vite en classe, le meilleur moyen étant encore de courir. Qu'importe que cette salle était à l'autre bout de l'établissement, America n'allait pas être en retard. Cependant, il n'allait quand même pas partir en laissant l'introverti et l'excentrique dans leur état. Ils seraient forcément en retard également. Qu'allait-il faire ? Allait-il agir en héros ?

« HAAAAAA ! On 'a pas de temps à perdre !!! LET'S GO !»

Canada était en train de tendre une main vers le Polonais afin de l'aider à se relever de cette mauvaise chute. À ce moment précis, America attrapa son frère ainsi que le travesti pour les porter tous les deux. Il se mit alors à piquer un sprint monumental afin d'arriver le plus vite possible en classe. Dans un couloir qu'il traversait à vive allure, il croisa le fameux professeur de mathématique qui le dévisagea d'un air déconcerté.

« Euh vous savez … Pas la peine de courir … Je suis juste derrière vous ….

- Chut !!! Si j'arr've avant vous ! J'ne serai pas en retard ! Nyahahahahahahaha ! »

Et il continua sa course effrénée afin d'atteindre afin la salle de classe. Il déposa alors brutalement les deux autres blonds qu'il portait depuis tout ce temps. Heureux de constater qu'ils étaient arrivés avant le professeur qu'il avait dépassé, America sautilla de joie et d'excitation. Il était totalement ravi de constater qu'il pouvait être ponctuel quand il le voulait. Quelle classe ! Quelle acte héroïque ! Il n'y avait rien à dire, il était très fort, trop même. Il rejoignit de manière triomphante sa place attitrée, toujours celle qui était côté fenêtre.il s'assit fièrement sur sa chaise et sortit avec excitation son cahier de maths et sa trousse afin de prendre possession d'un stylo. Il s'amusa quelque seconde à la faire tourner dans sa main pour symboliser le fait qu'il attendait impatiemment l'arrivée immanente du professeur. Il jeta ensuite un regard à la porte d'entrée où se trouvaient allongés le garçon/fille et son frère.

« Hey ! On est en cours, un peu de sérieux que diable ! »

Notez qu'il s'était exprimer convenablement cette fois-ci, voir même de manière snob. Après cette remarque incroyablement classe, il se remit à sourire comme il en avait l'habitude.

Hors rp : le passage avec le prof de maths n'est pas du tout du vécu ... héhé ... >w<

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Spoiler:
 
Thanks Mister Freeze !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-of-mar-rpg.forumactif.com/
Pologne

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Journée de classe : galèreuh [pv : Pologne et Canada]   Mer 27 Fév - 10:41

- Pardon, je suis désolé, pardon, c-c'est Canada, pardon, pardon, excuse-moi ... 

Pologne haussa les épaules en cherchant intérieurement qui était Canada, déjà. Vu la ressemblance, il devait avoir un lien de parenté avec America qui d'ailleurs était en train de s'esclaffer, debout dans l'encadrement de la porte, en parlant de... football? Oui, allez savoir où était le rapport... De toute façon, le plus important restait le jeune homme à lunette qui ramassait ses affaires en bafouillant des excuses. Feliks le détailla quelques instants, tranquillement assis sur le plancher. Si ses souvenirs étaient exactes, ce garçon blond était le frère de l'Américain. En revanche, il n'avait jamais remarqué qu'ils étaient dans la même classe.

- Je n'avais pas fait attention ... C-C'est de ma faute ... Tu ... Tu vas bien, eh ?

Pologne fit mine de vérifier avec un petit sourire suffisant. Canada avait l'air totalement terrorisé.

- Ouais, t'as genre trop de la chance, je me suis rien cassé. J'te dirais pas ce que t'aurais pris si je m'étais fait mal!

Le jeune garçon en jupe tendit la main pour prendre celle que lui proposait Canada mais, soudain, le sol lui parut vachement plus loin que trois secondes avant. Un certain héros auto-proclamé venait de les attraper tous les deux, un sous chaque bras comme s'ils avaient été des sacs de farine.

- HAAAAAA ! On 'a pas de temps à perdre !!! LET'S GO !

Et il se mit à courir à travers les couloirs à une vitesse digne de Robert Korzeniowski*. Feliks ne savait pas quoi penser à part que si cet abruti continuait à le secouer comme ça, le héros aurait la perte de son petit déjeuné sur la conscience. Il lui aurait bien crié dessus pour lui dire de le reposer mais il était à peu près sûr que ses paluszkis en profiteraient pour réclamer leur indépendance. Il cilla à peine lorsqu'ils dépassèrent le prof de math, plus que stupéfait, alors qu'America riait comme un psychopathe. Pologne en avait presque peur, d'un coup.
Lorsqu'enfin il se décida à les poser, ou plutôt à les laisser tomber au sol comme des paquets de linge sale, le jeune garçon blond se jura de se méfier de l'Américain, à l'avenir. Il resta avachi au sol, quelques instant, histoire d'attendre que son estomac comprenne qu'il n'était pas sur un grand 8. A côté de lui, Canada avait l'air à peu près dans le même état que lui.

- Hey ! On est en cours, un peu de sérieux que diable !

Là, c'était le mot de trop. Pologne se leva en ignorant son déjeuné qui faisait allègrement du trampoline et se dirigea à pas furieux vers America qui souriait comme un abruti, un stylo entre les doigts.

- Nan, mais c'est genre quoi, ton problème?!?

Bon, le fait que son visage ait pris la couleur d'un fruit d'acacia pas mûr pendant la course nuisait un peu à sa crédibilité...



*Athlète polonais


Hors-rp : désolée, j'avais pas beaucoup d'inspi'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Canada

avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 02/05/2012
Age : 21
Localisation : Dans la neige *3*

MessageSujet: Re: Journée de classe : galèreuh [pv : Pologne et Canada]   Mer 27 Fév - 16:13

Ce qu'il ... Aurait pris ... ? Pardon, esprit pervers de narrateur, promis, j'arrête ! Voilà ce qu'on récolte à force de trop trainer avec France, ahah. Bon, l'incident était clos semblerait-il, ce qui rassurait grandement notre timide Canadien. La violence, c'est le mal, bouh, pas beau. Aimons-nous, peace and love ! Le pacifisme remportera un jour sur cette Terre, sauf le samedi soir bien évidemment, parce que c'est le soir où les matchs de hockey sont diffusés. Qui dit hockey mes amis, dit pas de pitié. Donc, je vais nuancer mes propos : la violence c'pas cool, sauf sur la glace, le samedi soir en caleçon sur le canapé avec un bière à la main et une crosse de hockey dans l'autre. J'ai une de ces images dans la tête, herm. Bref, Matthew n'allait sûrement pas se remettre de ce carambolage de si tôt. Pour une fois qui lui arrivait quelque chose aussi ... D'habitude, personne ne s'intéressait à lui alors il n'allait pas se plaindre d'une petite aventure même si le fait que son frère soit de la partie l'exaspérait plus qu'autre chose. D'ailleurs, c'était étonnant que cet imbécile n'ait pas encore fait une action à son image : un truc stupide. Il était malade ... ? Ou peut-être qu'il avait penché sa tête et que ses neurones s'étaient enfin connectés pour la première fois. Hallejujah ! Il ne faut jamais désespérer ! Les miracles existent ! ... Arf, c'était trop beau pour être vrai ... Déjà qu'il s'était tut pendant dix puissance moins quinze secondes, un record, alors lui demander à ce que sa prochaine réplique soit une remarque pertinente / intelligente, c'était un effort surhumain. Vous sentez tous les ressentiments qui planent sur l'amerloque là ? Ça tombe bien, c'était le but. Enfin, je ne vais pas m'étendre sur la relation qu'avait le blondinet avec son frangin, ni sur les goûts déplorables de ce même frère en matière de sport – le football quoi ... Quel sport de tapette ! -, j'en aurais pour toute une après-midi.

Canada allait s'excuser pour la ... huh ... Cinquantième fois, quand ses pieds ne touchèrent plus le sol soudainement. Et c'est partis pour le grand huit, youhou ! Juste ... Non ... Pourquoi ? Mother of Maple, pourquoi tant de haine envers son pauvre petit déjeuner ? Il n'avait rien demandé ... Il était tranquillement dans son estomac, il vivait sa vie gentiment, il ne faisait de mal à personne, il avait peut-être des enfants, une femme que sais-je. En bref, c'était un être tout à fait remarquable par sa douceur et son respect du règlement intérieur – c'est le cas de le dire. Et on osait le violenter aussi sauvagement ... Quelle cruauté ! Monstre ! Bweurp .... Si on ne le posait pas rapidement au sol, sa constitution de Mikado n'allait pas tarder à reprendre le dessus, en expulsant ses pancakes. Il avait beau frapper comme une demoiselle la première partie du corps d'America qui lui tomba sous le poing, le supplier de le lâcher, rien n'y faisait. Quelle délivrance lorsque Canada retrouva le plancher des vaches sous son popotin – oui, il les avait vraiment lâché comme des sacs quoi. Il devait être aussi pâle que Kumagrelot si bien que, pour le coup, on aurait réellement dit un fantôme. Meuh ... La santé des Canadiens est fragile ... Pauvre petite chose. Il se précipita sur son sac, pour vérifier que son ours n'était pas mort d'une part, et pour boire cul sec une bouteille de Maple Syrup d'autre part. Combattre le mal par le mal, voilà un bel adage. Quitte à avoir envie de gerber, autant en rajouter une bonne couche. Au moins, il éviterait l'hypoglycémie avec toutes ces émotions. Il soupira de soulagement lorsqu'il eut terminé sa bouteille. Il aurait presque roulé une pelle au sol sur le coup ... Presque ... Parce que son côté sérieux lui criait que faire quelque chose d'aussi débile serait contraire à son principe. Il allait mieux, c'était le plus important. Il s'essuya du revers de la main le restant de sirop sur sa bouche et rangea sa bouteille. Pfff, et voilà que maintenant Alfred se foutait de sa gueule, nan mais ça va ?! Il leva les yeux au ciel, se remit sur ses deux jambes et proposa sa main à Pologne pour la deuxième fois de la journée.

« Je t'en mettrais du sérieux moi ... » Le Canadien siffla entre ses dents, pas réellement énervé, juste un peu vexé sur les bords. Il aurait bien rajouter asshole derrière, maiiiis les insultes lui sortaient difficilement, malheureusement.

Bref, il s'installa ensuite à la table juste à côté de celle de son frère, poussons le masochisme jusqu'au bout. Il était en quel cours déjà ? Ah oui, les maths ... Herm ... Il était loin d'être très bon là-dedans, même en bossant comme un malade ... Quoi ?! Vous me fixez bizarrement ... NON, il n'ira jamais demander de l'aide à America. NEVER EVER. Plutôt mourir par un monstre tentaculaire et je vous épargne la suite pour un peu de décence. Il soupira puis sortit ses affaires lorsque le prof fit son entrée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
America

avatar

Messages : 378
Date d'inscription : 18/03/2011
Age : 21
Localisation : Sur la banquise à lustrer des pingouins *-*

MessageSujet: Re: Journée de classe : galèreuh [pv : Pologne et Canada]   Lun 4 Mar - 19:27

Oh … Un oiseau s'envolait … De ses frêles petites ailes se déployait un majestueux plumage blanc. Petit par la taille mais grand par la vaillance, il voletait contre la légère brise printanière avec courage. Comment un être si petit et frêle arrivait à survivre dans un monde si cruel ? En voilà une belle question philosophique sur l'existence. Dieu choisit les êtres qui vit ou non, c'est bien injuste mais il peut parfois se montrer clément et laisser vivre ceux qui le désirent du plus profond de leur cœur. L'entité divine aurait donc choisi de ne pas reprendre la vie à cet oiseau. Mais au fond, n'était-il pas comme lui ? Du moins lors de sa jeunesse quand America n'était qu'une toute jeune nation sous tutelle anglaise. Il aurait très bien pu disparaître mais finalement dieu lui avait accordé la protection d'une nation puissante. Une créature si petite comme cet oiseau serait mort depuis bien longtemps s'il n'avait pas été doté d'une belle paire d'ailes. On pouvait dire ce qu'on voulait mais la nature était bien faîte. Merci l'évolution et surtout merci Darwin. C'est grâce à cette bonté céleste que cet animal ailé pouvait se faire manger tranquillement par cet aigle royal qui venait de le faucher … WHAT THE ….

« Naaaaaaaaaaaaah ! Mon moment d'nostalgie vient d'se faire bouffer par un aigle !!!

- Monsieur Jones ! Veuillez arrêter de fixer bêtement la fenêtre et remettez vous à vos exercices ! »

Ah oui c'est vrai … America était en cours de mathématiques. Il planchait sur ses problèmes jusqu'à ce que cet oiseau complètement banal fit son apparition. Le voilà, revenu à la dure réalité de la vie. Il se replongea alors sur dans cet univers strict qu'était celui des mathématiques. Après avoir lu plusieurs fois les énoncés, il employa plusieurs formules différentes qu'il trouvait à son sens cool. Un algorithme d’Euclide par-ci, un théorème de Pythagore par là, il traça une petite courbe par-ci, il fit un carré par là, il résolut un cercle trigonométrique et finit par les statistiques. Est-ce qu'il comprenait ce qu'il faisait ? Non mais les résultats qu'il obtenait, lui semblaient bons. En un rien de temps, America finit l'ensemble des exercices qui devait normalement l'occuper pour l'heure entière. Mais voilà, il venait de les finir en un temps record. Il fallait dire qu'il aimait bien cette matière, elle était beaucoup moins prise de tête que la géographie. Pourquoi un cerveau américain ne pouvait-il pas regrouper le nom du pays, sa localisation et quelques autres notions ? Bah, ce n'était pas si grave … Si ?
Maintenant qu'il n'avait plus aucun problème à résoudre, qu'allait bien pouvoir faire America ? Réviser ses cours de géographie ? Pas question, le jeune homme imposa illico son veto. Regarder encore la fenêtre ? Le prof de mathématiques ne cessait de lui lancer des regards assassins, au moindre petit écart et ça serait de nouveau la remise à l'ordre. Devrait-il se soucier du cours suivant ? Mais quelle matière suivait ensuite ? Il s'agissait du cours d'anglais. Certaines nations étaient contre son apprentissage mais c'était pourtant la langue internationale. America ne se faisait que très peu de soucis sur ce sujet, il parlait couramment l'américain après tout. Et l'américain s'était formé grâce à l'anglais. Sauf qu'il s'agissait du cours d'anglais et non pas du cours d'américain, ce qui lui avait déjà joué des mauvais tours. Mais cela, son esprit ne voulait le concevoir.
Que faire alors ? America jeta un regard indiscret à la feuille de son voisin. Voisin qui n'était pas présent soit dit en passant. La vue d'un crayon qui se déplaçait librement sur une feuille blanche fit sursauter le jeune homme. Était-il en présence du troisième type ? Non, ils étaient dans une académie, cela ne pouvait être que l'apparition spectrale d'une frêle demoiselle qui a été jadis violée et assassinée sauvagement dans cette salle de classe. Cette dernière serait revenue dans la salle de classe où elle avait été assassinée pour la hanter de sa présence lugubre. Quel magnifique scénario, peut-être devrait-il le vendre à un riche metteur en scène. Un futur Blockbuster ? Après quelques courtes secondes, il reconnut enfin son frère canadien. Quelle déception … Adieu la magnifique une des journaux qui annoncerait enfin l'existence plus que controversée des fantômes... Il observa plus particulièrement ensuite ses exercices. Les formules qu'il employait, étaient fausses et dénuées d'originalité. Car oui, un américain réfléchit toujours quelle serait la manière la plus cool pour résoudre ses problèmes, faute de quoi il lâcherait complètement l'affaire. Il devait agir afin de ne pas laisser son jeune frère coulait ainsi sans que son héroïque aîné ne fasse quoique se soit.

« Pist … Pissst … »

Voyant indifférence du jeune canadien, America intensifia ses bruits afin d'attirer son attention. Il jeta un regard vers le professeur mais ce dernier semblait plus occupé par l'exaspérant Pologne. Pour quelles raisons ? Il n'en savait rien et ne tenait pas tant que ça à le savoir. Un héros ne pouvait pas être à deux endroits à la fois. Pour l'instant, il avait déjà l'obligation d'aider Canada. D'ailleurs où était-il passé ? Mais bon sang, ce n'est pas Charlie ce mec, il ne portait pourtant pas une pull rayé … Ah le voici ! Juste à coté du héros boulimique et non pas moins charmant.

« Hey !!! Canada ! It's me ! T'pourrais me répondre quoi ! 'Fin bref ! Change tout de suite ton calcul à l'exercice 1,2,3,4 et 5 ! Il faut que tu mettes celle-ci plutôt : […] et puis ensuite tu […] pour ensuite obtenir […] et enfin tu auras que'que chose du genre […] et […] Tu […] et normalement en suite tu auras […] Mais comme tu auras peut être un autre résultat, j'te conseille de […] Et enfin tu auras fini que le premier problème donc pour le s'cond […] »

Et ce fut ainsi qu'America tenta d'aider son frère, avec un extrêmement long discours parsemé composé d'un grands nombres de termes incompréhensibles. Mais il fallait bien avouer qu'il essayait de faire au mieux pour une fois dans sa vie.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Spoiler:
 
Thanks Mister Freeze !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-of-mar-rpg.forumactif.com/
Pologne

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Journée de classe : galèreuh [pv : Pologne et Canada]   Sam 16 Mar - 18:57

Pologne regardait fixement sa feuille, comme si la réponse à l'exercice allait spontanément venir s'écrire toute seule sur le papier. Déjà qu'il n'était pas un champion lorsqu'il s'agissait de se concentrer mais, en plus, il restait passablement énervé par le blanc que lui avait foutu un certain américain lorsqu'il était allé lui dire sa façon de penser. Enfin voilà, il se retrouvait assis à son bureau avec une feuille d'exercices dont la première question le laissait perplexe. Pourtant, il lui semblait qu'il avait déjà fait quelque chose de ce genre auparavant. Il lui suffisait de se souvenir de la formule qu'on utilisait dans ce genre de cas et cette stupide question serait du passé. Oui, il n'avait qu'à se concentrer. Se concentrer. Se conc...

Question : Sachant qu'un polonais met trois fois plus de temps qu'un américain pour faire un exercice de math de cinq questions, si tous deux doivent remplir une feuille de plus de dix exercices, au bout de combien de temps l'américain pourra-t-il se remettre à brailler?
- Naaaaaaaaaaaaah ! Mon moment d'nostalgie vient d'se faire bouffer par un aigle !!!

Réponse : Un américain n'a pas à avoir fini ses exercices pour se remettre à brailler. Il peut le faire n'importe quand.
Et voilà, America venait de le pousser à bout pour la deuxième fois en l'espace de même pas dix minutes... Avec un grognement frustré, Pologne jeta son stylo sur sa table et laissa sa tête choir pitoyablement sur le bois de son bureau dans l'espoir que la solution, attendrie par son misérable aspect, lui apparaisse en songe telle une apparition divine. Après tout, s'il avait fait l'effort de la chercher, cette saleté pouvait bien faire un effort aussi! Elle n'avait pas le droit de le laisser tomber comme ça, pas vrai?

...

C'était quand elle voulait!

...

Non, vraiment?

...

Bon, tant pis! Avec un soupir las et agacé, Pologne redressa la tête et entreprit de faire les questions qui l'arrangeaient en premier. Après tout, il ne détestait pas les mathématiques. C'était déjà plus amusant que de chercher pourquoi il y avait plus de monde sur les côtes que dans les terres. Mais on s'éloigne.

Les chiffres, les équations, tout ça, il n'avait pas beaucoup de mal à l'assimiler comme un jeu. Surtout avec les problèmes. C'était sûrement ce qu'il préférait dans cette matière. Le seul soucis était que sa super-logique-de-la-mort-qui-tue ne fonctionnait pas vraiment avec le professeur qui lui enlevait souvent des points pour "non respect de la méthode". Ah, parce que aller au plus court sans passer par la case "explication longue et barbante qui sert à rien si t'as plus de 20 de Q.I." c'était pas bien?

Bref, Pologne allait au plus simple, commençant par les exercices qui lui paraissaient facile en premier. Il arriva rapidement à un problème qui lui donna tout de suite envie de se pencher sur la question :

Énoncé : Dans un poney-club, on a un paddock de forme carrée de 10m de côté. Attenant à ce paddock se trouvent des box dont la surface totale représente 60% de la surface du paddock.

Question n°1 : Sachant que ce club accueille en tout 40 poneys, combien d'espace chacun peut-il s'approprier si on les sort tous en même temps?

Feliks commença à écrire, à moitié perdu dans ses pensées où il voyait très clairement 40 adorable poneys de toutes les couleurs s'ébattre dans un paddock de 100 m2 avec environs 2,5m2 chacun. Environs car les poneys sont des animaux si gentils qu'ils ont toujours des amis pour brouter, garrot contre garrot. Bon, 2,5 c'était peu mais, après tout, puisque c'était une situation exceptionnelle, ça n'était pas trop gênant, n'est-ce pas? En revanche, la question suivante le médusa :

Question n°2 : On considère qu'il y a toujours au moins 10 poneys dans le paddock. Combien y a-t-il de box pour abriter les autres? Quelle aire fait chaque box?


Pologne resta bloqué sur la question, scandalisé. Quoi? Ca voulait dire que, toute les nuits, dix innocents poneys dormaient dehors dans le froid et le vent alors que tous les autres avaient droit à la chaleur d'un box? Mais c'était genre totalement injuste! Les pauvres petits poneys! Un poney ça dors pas dehors comme ça! C'est nul! Et puis, après réflexion, ça voulait dire que chaque poney avait un box de 2m2! Même pas le minimum vital! Alors là, c'en était trop! Rouge de colère, il se leva pratiquement de sa chaise pour interpeller le professeur qui faisait tranquillement la surveillance sans rien demander.

- M'sieur! Ce problème, là, ça va genre totalement pas ! C'est quoi ce poney-club même pas fichu d'avoir assez de box? Et puis ces box, ils sont genre trop petits! Si encore c'était que des shetlands ça irait mais c'est pas marqué! Faut appeler la SPA, là, c'est genre totalement pas bon! Je refuse de participer à un problème totalement contre les droits des poneys, c'est genre pas possible! Et puis en plus ils sont comment les box? Parce que si ils sont...

Et caetera, et caetera, sans écouter le professeur qui tentait vainement de calmer son élève et se demandait pourquoi il avait choisi ce métier...


Dernière édition par Pologne le Mar 16 Avr - 9:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Canada

avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 02/05/2012
Age : 21
Localisation : Dans la neige *3*

MessageSujet: Re: Journée de classe : galèreuh [pv : Pologne et Canada]   Dim 31 Mar - 12:16

Il regarda sa feuille, sa feuille le regarda avec un tête genre 'U mad ?', ils se regardèrent. Dès le départ, Canada sentait que cette chose qui le fixait allait être un pur plaisir à remplir. Quoi de mieux qu'une gentille et docile petite fiche d'exercices pour bien se miner la journée ? Rien, mis à part peut-être la fermeture d'un Tim Hortons. Maiiis, cet événement serait vraiment ignoble, donc autant ne pas y penser, c'est un coup à pourrir toute sa semaine. Bref, notre blondinet était penché sur sa feuille et tentait des dizaines de machin dont il se souvenait vaguement. Autant dire que les résultats étaient loin d'être concluants ... Quand on obtient une table de -2,5 km², on a forcément merdé quelque part, il ne fallait pas être un génie pour s'en apercevoir. Bref, le Canadien raya pour la trentième fois consécutive son calcul. Il fallait sérieusement qu'il trouve un moyen efficace et juste de résoudre ce machin parce que sa feuille commençait à ressembler ... A rien en fait. A force d'effacer, de rayer, de mettre du tipp-ex sur du tipp-ex, ses exercices avaient un aspect absolument dégueulasse. Il n'allait pas tarder à faire un trou à ce rythme-là et ... Trop tard. Ça lui apprendra à raturer par dessus les ratures. Sweet Mother of Maple, quel était l'imbécile qui avait inventé les mathématiques ? Le type devait réellement s'ennuyer pour mettre au point un truc pareil. Rien que quand on regarde Pythagore, sa vie devait être ennuyeuse à mourir pour qu'il décide de faire mumuse avec triangles rectangles. Ou alors, il avait juste voulu troller des générations de petits n'élèves innocents, étant particulièrement sadique. Dans ce cas, c'était un complot ! Et les mathématiques n'était là que pour pousser au suicide des élèves. Bizarrement, plus Matthew avançait péniblement dans ses calculs, plus cette théorie lui paraissait de plus en plus probable. Il était à deux doigts d'appeler la police pour dénoncer cette machination qui visait à ce que des profs de maths particulièrement tordus deviennent maître du monde grâce aux lavages de cerveau qu'ils faisaient subir à leurs élèves. Malheureusement, son esprit rationnel lui cria de garder sa théorie du complot pour lui. Quel dommage ... Il était temps que ces honteuses pratiques cessent ! Engagez-vous !

Bon, ce n'était pas en dessinant un castor entouré de petites fleurs sur le coin de son brouillon qu'il allait avancer. Maiiis, ce n'était pas de sa faute ! Il attendait une illumination divine ! Si elle tardait à venir, il n'y était pour rien. Le problème, c'est que lorsque ledit divin se manifesta enfin, il avait la forme d'America qui n'arrêtait pas de l'appeler à côté. Il n'entendait rien. Il n'entendait rien. Qui lui parlait ? Oh, personne ... Ce devait être un courant d'air. Ou peut-être que Kumayolo avait faim et qu'il essayait d'attirer son attention. Mais non, en aucun cas il ne s'agissait d'America. Il se mit en biais pour tourner le dos à cet importun, l'ignorant tant bien que mal. Rooo, il allait pas commencer à le faire chier celui-là. Il bossait, lui, il n'avait pas de temps à perdre avec l'autre. Surtout que connaissant l'oiseau, quand il céderait, s'attendant à une nouvelle primordiale, il aurait le droit à une vieille vanne du même niveau que « Que fait un Schtroumpf quand il s'écrase en sautant d'une fenêtre ? Un bleu NAHANA ! ». Autant dire qu'il avait d'autres préoccupations actuellement que de constater les profondeurs abyssales de l'intelligence de son frère – oui, il était passablement gonflé, ça se sent un peu, hein ? D'un autre côté, plus il tentait de passer outre les bruits de son voisin, plus celui-ci l'appelait, moins il arrivait à se concentrer sur ses exercices, ce qui le gonflait de plus en plus. Encore un peu et il lui balançait sa chaise en pleine tronche. La violence, c'est le mal, mais y'a un moment où 'faut arrêter les frais. Au bord de ... Euh ... Dire à America que ce n'était pas bien de l'embêter, nah !, il se retourna.

« Qu'est-ce que tu veux à la fin ?! »

Il s'attendait à la plus grosse connerie que cette Terre ait inventé. Quelque chose de tellement haut perché que même les candidats des Anges de la Téléréalité passerait pour des génies à côté. Eh bien non, pour la première fois de sa vie, America parla intelligemment. Là voilà la fameuse illumination divine. Il en était sur le cul ... Heureusement que la chaise le maintenait, sinon il serait tombé. Y'avait quelque chose de paranormal ... C'est pas possible autrement. Arg, qu'avait fait England à son frère ? Il lui avait jeté un sort ? Bientôt America n'allait pas tarder à se transformer en je-ne-sais-quoi. Rendez-lui son Alfred ! C'était trop flippant là, il avait l'impression qu'il était tombé dans un univers parallèle. Bientôt, Poland serait viril, et lui serait le plus populaire du bahut si bien qu'il ne pourrait plus faire un pas sans que tout le monde le reconnaisse et lui saute dessus pour lui arracher ses vêtements alors qu'America ne serait que son ombre. Woh, quel scénario catastrophe ... Il en frissonna rien qu'en y pensant.

Bref, il prit en note du mieux qu'il le pouvait les différents trucs que lui dictait son voisin. Pas la peine de s'enflammer, il y avait forcément anguille sous roche. A tous les coups, America s'était encore foutu de sa tronche en lui donnant des machins complètement faux histoire de bien le ridiculiser. Toujours se méfier, toujours sinon vous finissez avec le drapeau des États-Unis imprimé sur le front en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Il essaya rapidement les formules et tomba sur des choses qui lui semblèrent à peu près cohérentes dans la mesure où il ne trouvait plus des nombres astronomiques. Canada fit un grand sourire à son voisin.

« Merci. »

... En espérant qu'il ne lui fasse pas payer plus tard. Vivement l'anglais, au moins il s'en sortait beaucoup mieux dans cette matière – même si soit-disant il avait un accent étrange, ce qui était faux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
America

avatar

Messages : 378
Date d'inscription : 18/03/2011
Age : 21
Localisation : Sur la banquise à lustrer des pingouins *-*

MessageSujet: Re: Journée de classe : galèreuh [pv : Pologne et Canada]   Lun 1 Avr - 18:36

« Ah !!! Des extraterrestres ! Vite !!! Il faut faire quelque chose !!!»

Après avoir accompli sa bonne action auprès de son petit frère, voilà qu'America s'était dissipé une fois de plus. Cette journée n'était toutefois pas gâchée, Canada l'avait remercié pour une fois mais ce n'était pas suffisant pour que l'américain se montre plus assidu. Il s'était laissé aller à regarder en dehors de la fenêtre une fois encore. L'instituteur étant trop occupé avec le cas du polonais et de ses poneys, il n'avait pas remarqué son manque évident d'attention, du moins jusqu'à ce que l'américain se mette à crier. Était-il fou ? Bon pour aller directement à l'asile sans passer par la case départ ? Cela en accommoderait plus d'un, mais non, c'était bien ce qu'il avait vu. Une soucoupe à la forme étrange et singulière venait d’atterrir de nulle part, en pleins milieu de la cour de récréation. Abasourdi, il ne l'avait pas fait remarqué et désirait voir ce qui allait se passer ensuite par curiosité (peut-être malsaine mais curiosité quand même). Soudainement, un rayon lumineux avait jailli d'un petit canon latérale et avait touché un élève passant par là. Ce dernier avait aspiré en moins de temps qu'il en fallait pour le dire. Ce fut à ce moment là qu'il s'était mis à crier dans toute la classe afin d'attirer l'attention de ses camarades, cependant la soucoupe avait saisit l'occasion pour s'enfuir vers les étoiles.

« Bon … Soupira le professeur qui était plus fatigué que surpris de sa réaction. Il ne bougea d'ailleurs pas de sa place et ne regarda pas en direction de la fenêtre. Vous perturbez encore toute la classe, Mr. Jones ! D'abord votre instant nostalgique et maintenant E.T ! C'en est trop, allez voir le proviseur tout de suite !

- Et Tchécoslovaquie ? Demanda America avec une certaine inquiétude. Qu'allons nous faire pour lui ? On va pas l'laisser tomber non ?!

- DE-HORS ! »

En entendant sa voix sèche et en admirant son visage tiré par la colère, America n'eut d'autre choix que de s’exécuter (non il va pas se suicider, désolé). Il saisit ses cahiers, sa trousse, son milk-shake et enfourna le tout dans son sac de cours. Il sentit sur son dos, des regards lourds se poser. Les autres élèves le jugeaient, comme d'habitude de toute façon. Ils le critiqueraient toujours, cela ne faisait aucun doute pour America qui était habitué à être mis à coté en permanence. Il était bien trop dynamique et original pour ce monde. Était-il triste d'être marginalisé de cette manière ? Bien sûr que non ! Un américain préfère largement se faire remarquer plutôt que de passer inaperçu. Ils n'étaient pas des canadiens eux ! Et puis ça fait longtemps qu'il n'avait pas vu le proviseur, c'était un marrant lui, contrairement aux professeurs et à England. En parlant de ce dernier, America essayait d'imaginer la dispute qui allait éclater sans doute soir, une fois rentré chez lui. Son anglais favoris allait forcément être au courant, il n'était pas le président des élèves pour rien. Mais bon, ça sera toujours une bonne excuse pour se parler.
Le jeune homme quitta enfin sa place afin de sortir de la salle par le biais de l'unique porte présente. Il la referma ensuite derrière lui et soupira un bon coup. Est-ce que Superman a déjà été viré de cours ? C'était là, la seule question qu'il se posait et par conséquent, c'était sa seule préoccupation. Un super héros de la trompe de cet homme aux lunettes et aux cheveux couleur ébène ne pouvait qu'être une personne admirable. Mais bon, America se plaisait dans son statut de mauvais garçon cool au bon fond, ce qu'il n'était pourtant pas, mais bon, ce grand gamin vivait dans son petit monde.
Il reprit lourdement son inspiration et se mit en route vers le bureau du proviseur. Au détour d'un couleur assez éloigné de la classe de mathématique, il entendit une voix retentir dans tout le bâtiment.

« Mais c'est pas vrai !!! Pourquoi je suis devenu prof moi ?! Vos histoires de poneys je m'en fous ! Et vous Mr. Jones, je vous ai dit d'aller voir le proviseur ! Quant à vous le défendeur de la cause des chevaux vous allez l'accompagner pour avoir un petit entretien avec le proviseur également !!! »

Héééééé ? Mais America était bien parti, la preuve, il était à mi-chemin. Oh ! Avait-il réussi à maîtriser le kage bushin no justu comme dans Naruto ? Peu probable … Sur qui le prof de maths criait comme ça ? Bah ce n'était sans doute pas si important, le jeune homme devait d'abord accomplir son devoir, puis il irait prendre des nouvelles.
Après avoir grimpé de nombreuses marches (567 exactement), il finit par arriver face à une grande porte. Le jeune américain y toqua bruyamment afin de bien se faire entendre. Il n'était pas rare de surprendre le directeur de l'école lors de ses petites réunions avec ses secrétaires, c'était justement pour éviter ce genre d'embarras. Il saisit la poignée et fit irruption dans la pièce. Le grand Rome Antique lui sourit et lui proposa tout joyeusement une chaise afin qu'il puisse s'asseoir. America s'installa tranquillement et s'en suivit alors un longue conversation rythmée par des fous rires et des mimiques amusantes. Il s'entendait bien avec lui comme la majorité des élèves. Cette vieille nation disparue était connue pour son zèle et son côté cool, il était compréhensif et aimant, c'était pour cela que tout le monde l'aimait. Le voir n'était certainement pas une punition, alors qu'aller voir England pour se faire enguirlander, si.

« Pourquoi es-tu ici en faite ?

- Bah j'vu Tchécoslovaquie se faire kidnapper par une soucoupe volante tout à l'heure.

- Ah … Mon pauvre ça a dû être dur … Un peu de vin ? »

Il sortit une bouteille de sous sa table ainsi que deux verres à pieds. America sourit, quelque peu amusé par la situation ironique. Il en oublia de signaler au directeur de l'école qu'il n'était mais pas encore dix heure et que commençait à boire ne serait pas une bonne idée. Tout ce qui l'importait, c'était l'ironie de la situation. Mais où était l'ironie dans tout ça ? Il ne devait sans doute pas comprendre la signification de ce mot. Après bien des rigolades, la porte du proviseur s'ouvrit.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Spoiler:
 
Thanks Mister Freeze !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-of-mar-rpg.forumactif.com/
Pologne

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Journée de classe : galèreuh [pv : Pologne et Canada]   Dim 21 Avr - 16:05

- ... Et puis je sais que dans l'article je-sais-plus-trop-combien de je-sais-plus-trop-quelle-déclaration, y avait genre un paragraphe qui a totalement décrété qu'il y avait une taille minimum pour les b...

- Ah !!! Des extraterrestres ! Vite !!! Il faut faire quelque chose !!!

Interrompu en plein discourt, Pologne jeta un regard dédaigneux vers le camarade de classe qui osait couper court à son indignation, j'ai nommé le grand, l'unique, le crétin à lunette : Amérique. Celui-ci avait réussit l'exploit de passer inaperçu pendant plus de cinq minutes et semblait avoir décidé de ne pas pousser sa prestation à l’extrême. Feliks, ennuyé, se laissa aller à jouer avec son stylo pendant que le professeur, exaspéré, rabrouait consciencieusement les USA :

- Bon … Vous perturbez encore toute la classe, Mr. Jones ! D'abord votre instant nostalgique et maintenant E.T ! C'en est trop, allez voir le proviseur tout de suite !

Bien, si l'américain avait fini son délire...

- Et Tchécoslovaquie ? Qu'allons nous faire pour lui ? On va pas l'laisser tomber non ?!

Apparemment pas...

- DE-HORS !

Voilà! Maintenant c'était fini! Un sourire suffisant aux lèvres, Pologne regarda "Mr. Jones" sortir de la classe. L'amerloque semblait loin d'être embêté par ce revirement de situation et passa la porte d'un air... qui devait lui paraître digne mais qui était surtout un peu ridicule, genre "j'ai du travail de héro qui m'attend ailleurs" ou quelque chose dans ce style-là. Quel égocentrique, celui-là, non mais genre vraiment!

- Ouah... Ça craint vraiment... Poursuivit le blond en jupe une fois la porte refermée. Mais revenons, genre, à nos poneys. Alors, comme j'ai dit là, y avait je-sais-plus-quelle convention sur...

La suite de sa thèse pro-poneys se perdit dans les méandres de la salle de classe et n'atteignit jamais les oreilles du professeur qui envisageait très sérieusement l'idée de se suicider en se cognant la tête contre un mur. Il attendit encore, histoire de voir si ça allait s'arrêter tout seul, et puis, constatant que Pologne ne fonctionnait pas comme un téléphone portable (aucun espoir que ça s'arrête si tu ne fais rien) et que le bureau d'Amérique était toujours occupé, il se leva de sa chaise et passa en mode "pétage de plomb", mode que beaucoup de professeurs connaissent dans cette époque calme et paisible qu'est la notre :

- Mais c'est pas vrai !!! Pourquoi je suis devenu prof moi ?! Vos histoires de poneys je m'en fous ! Et vous Mr. Jones, je vous ai dit d'aller voir le proviseur ! Quant à vous le défendeur de la cause des chevaux vous allez l'accompagner pour avoir un petit entretien avec le proviseur également !!!

- Quoi??? Mais m'sieur! C'est genre totalement pas juste! J'dis ce que je veux, moi! Vous avez totalement pas le droit d'ignorer un débat comme ça! J'vais me plaindre au principal!

- Eh bien allez-y, Lukasiewicz! Allez lui exposer vos théories! Mais je ne veux plus vous voir avant le prochain cours, c'est clair!? Fichez moi le camp! Et prenez Jones avec vous puisqu'il n'a pas comprit qu'il devait sortir!

Rouge de colère, Feliks rassembla ses affaires à grand bruit, attrapa le bras du... du truc qui ressemblait à Amérique et quitta la salle en frappant fort parterre pour bien montrer qu'il était énervé. Et, pour faire bonne mesure, il claqua la porte. Quand le polonais défend son point de vue, il n'y va pas par quatre chemins.

Son visage ne repassa à son habituel teint pâle qu'une fois dans le couloir. C'était contre le prof qu'il en avait. Contre lui et ce stupide exercice. Maintenant qu'il était dehors et qu'il s'était bien lâché, il se sentait tout de suite plus calme. Relativement en tout cas. Il lâcha le bras du présumé Amérique et se dirigea d'un pas traînant vers le bureau du proviseur. Un brave type, d'ailleurs, ce Rome antique. Chaleureux, sympathique, à l'écoute des élèves, pas comme bon nombre de professeurs du lycée! Un brin fêtard aussi. Pologne l'aimait bien. Lui, au moins, il écouterait ses plainte concernant ce poney-club d'esclavagistes!

Et puis, avec un peu de chance, il pourrait sauter une partie du cours suivant de cette façon. Oh, il n'avait rien contre l'anglais, surtout qu'il commençait à se débrouiller dans cette langue (à l'oral, du moins. A l'écrit, c'était une vrai vache espano-polonaise). Mais il trouvait injuste que seul l'anglais soit reconnu comme langue internationale. C'est vrai quoi, c'était pas un peu pas juste pour les pays non-anglophones? Et puis l’espéranto n'avait pas été conçu pour les chiens! Et puis de toute façon, il n'attendait que l'heure des matières qu'il préférait : les sciences naturelles. En particulier depuis qu'ils avaient abordé ce chapitre sur l'astronomie. Il n'était pas beaucoup plus doué que les autres dans cette matière mais c'était le cours qu'il redoutait le moins, à part peut-être l'art plastique, et encore, quand le sujet lui plaisait. Après tout, c'était bien de chez lui qu'étaient venus les plus grands savants, et ce dés la renaissance! Bref, c'est en ruminant ce genre de pensée que Pologne commença à monter les escaliers qui menaient au bureau du proviseur. Des marches glissantes d'ailleurs, émoussées par des années et des années de passages dans un sens et dans l'autre. Si glissante d'ailleurs que l'esprit de Pologne commença à se focaliser sur cette unique question : est-ce qu'on pouvait faire de la luge dessus?

Plus il les montait plus cette question le titillait. Arrivé en haut des marches, il se décida même à tenter l'expérience. Il se tourna vers... Eh? Mais où était passé Amérique. Le blond à lunette en face de lui paraissait bien moins crétin que tout à l'heure! Ah, non, minute! Après quelques instants d'intense réflexion, entrecoupé par des pensées types "à quelle vitesse j'irais si je glissais sur les marches?", Pologne finit par reconnaître Canada, le type qu'il avait bousculé plus tôt dans la journée. Pourquoi était-il ici, déjà? Bah, qu'importe!

- Hé, euh... Canada, c'est ça? Ouais. Tu m'attends là, je voudrais, genre, essayer un truc.

Et, sans attendre de réponse, Feliks sortit ce qui pouvait servir de luge de son sac ( à savoir, son classeur de littérature), s'assit dessus et se laissa glisser en bas des marches. Sa méthode marcha un peu trop bien puisqu'il faillit s’assommer contre le mur, une fois arrivé en bas. Que dis-je : il s’aplatit bel et bien contre le mur d'en face et éclata de rire. La réponse était : oui, on pouvait faire de la luge sur les marches! Un peu groggy, il se mit debout et remonta la pente les escaliers. Il pourrait réessayer plus tard. Pour l'instant, ils allaient rendre visite au principal...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Canada

avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 02/05/2012
Age : 21
Localisation : Dans la neige *3*

MessageSujet: Re: Journée de classe : galèreuh [pv : Pologne et Canada]   Ven 10 Mai - 20:00

En douceur ... Voilà. Comme disait ma prof : les maths, c'est pareil qu'un suppositoire, ça fait mal au début mais on finit par s'y habituer. Évidemment, il fallait forcément que quelqu'un vienne gâcher son petit moment d'auto-satisfaction qui faisait grand bien à sa pauvre confiance en lui. Évidemment, il fallait forcément que les deux perturbateurs soient les deux gugusses qui l'avaient trainé jusqu'ici – même si, techniquement, c'était plus la faute à un qu'à l'autre. Évidemment, il fallait forcément qu'il soit également viré du cours ... Wait ... What ?! Sérieux ? On le virait, LUI, parce qu'il perturbait la classe ? Euh, y'avait erreur de casting, m'ssieurs les jurés, vous n'avez pas sélectionné le bon blond à lunettes. Il avait suivi quand America l'avait ouverte et allait, de ce fait, rendre une visite au directeur. Il n'avait rien à dire à ce sujet, cela ne l'étonnait même plus que cet imbécile hurle à l'attaque extraterrestre en plein milieu d'un cours. Tsk, à force de regarder des films de science-fiction, admirez le résultat. Il regardait bien des documentaires animaliers lui, vous me direz ... Mais bon, il n'allait pas jusqu'à imaginer des invasions à tout bout de champs. Surtout que ce ne serait pas crédible : ils reviennent ... Ils sont puissants – ayez l'image des titres qui vont vite vers la caméra ... Personne ne croyait qu'un jour ils se rebelleraient ... Et pourtant : la guerre est déclarée. Craignez les terribles orignaux !! Tout de suite, cela sonnait beaucoup moins terrifiant qu'une menace de l'espace ... Que Pologne suive son frère ne le surprenait pas plus. A voir la tête du professeur, on sentait clairement que ses histoires de droits des poneys commençaient à lui courir sur le haricot. Là non plus, Canada n'avait pas vraiment d'avis à ce sujet. Bon, il voulait bien avouer qu'il appréciait les poneys ... Au même titre que tous les autres animaux à y penser. Maiiiis, n'oublions pas que les poneys ont quand même un truc en plus, un machin qui déchire du pâté ouzbek : ils savent que l'amitié, c'est magique. ET BANG ! Détail de la mort qui tue tout. Bref, pour le moment, tout lui semblait normal, sauf quand le professeur le mis à la porte en l'appelant Jones. Bien sûr, au début, il ne sentait pas du tout concerné, pas du toooout, ce que le prof interpréta comme du foutage de gueule visiblement.

« Mais enfin je ne suis pas- »

Il n'avait même pas eu le temps de terminer sa phrase que la porte lui avait claquée à la tronche. Au moins il n'était pas tout seul, il avait Pologne avec lui. Même si, d'un côté, il ne savait pas vraiment s'il devait s'en réjouir ou non. Il fit la moue, entendant que dans son sac, Kumasaxo se marrait à cause de ce qui s'était passé.

« Je ne vois pas ce qu'il y a d'amusant ... »

Il allait débattre avec son ours sur le pourquoi de la situation quand il s'aperçut que Pologne était déjà parti sans lui. Rooo, il n'en faisait qu'à sa tête, c'pas possible. Il le rattrapa du mieux qu'il le pu et ne le quitta plus d'une semelle. Ils arrivèrent en haut de l'escalier où le blond – y'avait vraiment des blonds partout ici – lui demanda de l'attendre en haut. Canada hocha la tête, trop content que quelqu'un se souvienne de son identité pour une fois. Justement, en parlant de ça, il fallait absolument qu'il trouve un moyen qu'on le reconnaisse facilement, quitte à paraître stupide tant que c'était efficace. Il réfléchissait intensément lorsque son attention se reporta sur Pologne qui dévalait les escaliers sur son sac. Au risque de me répéter : Wait ... What ?! Allez, c'est la fête aujourd'hui, tout le monde fait ce qu'il veut ! Et on fait tourner les serviettes ! Comme des petites girouettes ! Ce soir, DJ Jean-Lou aux platines du camping de la Moussette. Non, mais quitte à faire n'importe quoi, pourquoi ne pas aller danser sur une table une lap dance devant tous sur du Céline Dion ? Oh, et puis, on pourrait se mettre une cuite au maple après et finir par teindre Kumajiro en rose. Il ne se doutait pas que Pologne avait le même niveau intellectuel que son frère – ouach, c'est méchant. D'un autre côté, c'était peut-être pour cette raison qu'il passait complètement inaperçu, lui, la plupart du temps : il était ennuyeux et passait sûrement pour un rabat-joie écologiste qui pourrait passer le reste de sa vie à fixer les montagnes et les sourcils de Kulajiro en s'émerveillant. Pour autant, il n'avait aucune envie d'imiter Pologne. En attendant que ce dernier ait terminé de faire mumuse, Canada se bricola une étiquette avec un morceau de page de cahier qu'il se scotcha sur le front. Il avait écrit « WILLIAMS » au marqueur noir dessus, en gros. Là, le prochain qui trouvait le moyen de l'appeler Jones devrait consulter un ophtalmo'. Tout fier de lui et sa méthode ayant été approuvée par Kumajiro, il se dirigea vers le bureau du directeur, en oubliant Pologne dans l'escalier. Pour une fois que c'était lui qui oubliait quelqu'un ... Il n'avait pas vraiment peur à l'idée d'entrer dans le sanctuaire des élèves torturés parce que : de un, Rome Antique était cool, et de deux, il n'avait rien fait. On lui demanda pourquoi il avait été viré de cours, il répondit qu'on l'avait confondu avec America en haussant les épaules. C'était d'une évideeeeence après tout. Il entra ensuite dans le bureau de Rome Antique. Il le salua, s'excusa du dérangement au moins trente fois en conservant le grand sourire qui ne quittait presque jamais son visage même quand il était dans la merde totale puis remarqua qu'America était toujours là. Il allait lui dire, oui, il allait enfin lui avouer ses quatre vérités. Vous m'avez bien entendu ! Pas la peine de protester, il le ferait ... C'était sa destinée ... Il devait l'accomplir ...

« Toi- »

Mais il n’eut jamais le bonheur de terminer sa phrase à cause de l'arrivée de Pologne et Rome Antique qui lui demandait ce qu'il fichait là. GFCXTJISD. Ma parole, il arriverait à en placer une un jour ?! C'pas vrai, pourquoi tout le monde prend un malin plaisir à lui l'empêcher de dire clairement ce qu'il pensait ?!

« Eh bien ... On m'a viré de classe parce qu'on pensait que j'étais America. »

Il montra du doigt l'étiquette collée sur son front. Rome Antique rit de bon cœur et lui proposa du vin. Il refusa poliment ... Pas vraiment envie de pochtronner à dix heures, mis à part au maple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
America

avatar

Messages : 378
Date d'inscription : 18/03/2011
Age : 21
Localisation : Sur la banquise à lustrer des pingouins *-*

MessageSujet: Re: Journée de classe : galèreuh [pv : Pologne et Canada]   Sam 11 Mai - 20:17

Il était une fois dans un royaume lointain (remarquez que chaque histoire commence par ça), un simple paysan à la droiture exemplaire et à l'âme pure, vivant modestement dans une ferme. Rien ne le prédestinait à cette merveilleuse aventure qu'allait être son futur. Ce royaume qui l'avait vu naître et grandir, était le lieu paisible où vivait la remarquable princesse Félicie. On disait d'elle, qu'elle était d'une beauté éclatante et était dotée d'une personnalité des plus intéressantes. Elle possédait des cheveux d'or et portait une longue robe rose à ruban. Toute la journée, elle jouait de l’ocarina en veillant du haut de sa tour sur ses petits trésors. Félicie adorait plus que tout au monde les poneys, c'était sa plus grande faiblesse. Un jour, un monstre se déguisa en l'un de ses animaux favoris. La pauvre princesse ne remarqua même pas la selle en forme de carapace en épines qu'il portait. Ce stratagème bien pensé fit que l'odieux vilain-pas-beau pu kidnapper la princesse afin de pouvoir la séquestrer dans son château-de-la-mort-qui-tue entouré de lave et bah oui sinon c'est pas drôle si c'était des pâquerettes.

Le simple paysan fut appelé, lui qui ne vivait que par la culture de ses légumes, pourquoi l'avait-on appelé ? Son âme était pure et aussi blanc que la neige, ça devait être pour ça. À moins que ce n'était parce qu'il y avait marqué héros sur sa boite aux lettres. Le temps de réarranger ses lunettes carrés et de porter une longue capuche verte pour cacher ses cheveux blonds, tout en prenant le soin de laisser sortir son antenne, et il partit sur les routes d'hyr... Euh … sur les routes. Après la sieste de quinze heure, il fallait pas abuser.

C'est alors que seul avec son épée et son bouclier (ainsi que des bombes à fumé bleu), ce héros traversa de longues routes en ligne droite où se promenaient des champignons marrons agressifs et des tortues qui tenaient sur leurs deux pâtes arrières. Pour des raisons inconnues, notre héros sauta frénétiquement sur ces créatures pour les écraser de son poids. C'est qu'il pesait son poids l'animal. Il semblait posséder une aversion totale pour les briques qui étaient suspendus au dessus de sa tête. Il n'arrivait pas à s'empêcher de les éclater grâce à de puissants uppercuts. Cet endroit n'en restait pas moins calme, il se paya même le luxe de prendre une petite pause. Il se posa sur le débouché d'un tuyau vert pour profiter de son met préféré : le hamburger. D'autant plus que c'était connu que de manger de l'hamburger rendait plus courageux. Mais cette pause fut une erreur car une tortue volante kamikaze se jeta sur lui. Ce qui eu pour effet de le faire rétrécir. Était-ce une réaction allergique ? Ou parce que la faiblesse des types héros était le type tortue ? Nul ne le savait, à moins que ce fantôme en avait une idée. Il rencontra un jeune homme au visage et aux lunettes pareils aux siens, Il avait seulement des cheveux un peu plus long ainsi qu'une antenne qui tombait en tournoyant, il portait également une salopette ainsi qu'une casquette verte. Il lui offrit tout naïvement un champignon. C'était le seul remède existant pouvant lui rendre sa taille normale. Oigneupe! Il put dès lors continuer sa route pour retrouver la princesse, sans remercier le plombier sans moustache … on ne remercie jamais un PNJ après tout ... Mais son temps était limité … S'il avait fait plus attention à la minuterie qui était au dessus de sa tête, peut être aurait-il remarqué plus tôt qu'il ne lui rester plus qu'une minute. Et oui, une minute et pas deux heures, on n'est pas là pour le plaisir. Il se hâta alors vers le drapeau le plus proche afin de s'y jeter corps et âme … Pourquoi ? Personne ne le savait, après tout, c'était le seul chevalier à ne pas utiliser son épée et son bouclier dans ce monde.

Après plusieurs heures de marche où le jeune héros traversa des montagnes, des rivières et des ciels (allez savoir comment)... Lors de son long voyage, il put démontrer toute sa dextérité lors de course de Kart ou d'airwing, il put prouver qu'il était le meilleur en relevant tous les défis et en les attrapant tous, il retrouva les sept boules du dragon, il montra son intelligence en planifiant les stratégies de batailles d'une armée féodale et maintenant il était devant le fameux château-de-la-mort-qui-tue entouré de lave et non pas de tulipes. Soudainement, un dragon sortit de nulle part, une énorme bête monstrueuse avec des énormes sourcils immondes. Le moment fatidique que ce héros avait tant attendu était enfin arrivé, il allait pouvoir sauver la princesse fanatique de poney. Il s'était préparé à ce combat aussi épique qu'impressionnant, il sentait dans tout son corps le sentiment que cette bataille marquerait l'histoire. Il ne suffisait plus que de trancher la tête de ce dragon hideux et tout cela serait fini, il pourra enfin retourner dans sa ferme tant aimée …

« Bon vous avez compris Lukasiewicz … ça vaut aussi pour vous Williams et surtout pour vous Jones ! Déclara le proviseur avec sérieux et conviction.

- Neeeeeeeeeeeeh ?!!

- Vous pouvez retourner en cours dès à présent. Et tenez-vous bien cette fois-ci. A plus les gars !»

America avait lâché des yeux sa console de jeux pendant moins d'une fraction de seconde, quand il s'y ré intéressa, l'écran afficha un magnifique et majestueux GAME OVER. Mince … C'était la première fois qu'il arrivait aussi loin dans ce jeu … Pas de bol … C'est avec tristesse qu'il éteignit sa console et qu'il la fourra dans son sac. Il soupira ensuite lourdement. Mais en faite, qu'avait dit Rome Antique à l'autre simplet de polonais ? Et si ça avait été important ? Le jeune homme était beaucoup top absorbé par son jeu idiot pour avoir réussi à remarquer quelques bribes de sa tirade. Bah ça ne devait pas être si primordial que ça de toute manière. La sonnerie retentit subitement pour signaler le changement de cours. Quelle matière suivait ensuite ? Ah ! Mais oui l'anglais ! Que du bonheur, il allait encore pouvoir démontrer ses facilités pour cette langue.

« Hey !!! Allez Pologne !!! On y va ! Let'suh goh ! »
(oui il avait encore oublié son … Son quoi déjà?)

Il quitta la salle du proviseur en saluant énergiquement Rome Antique puis il s'empressa de prendre le chemin de la futur salle de cours. Il se devait alors de prouver son héroïsme pour ce pauvre héros en capuche verte qui n'est jamais rentré chez lui par sa faute. Ses vaches et ses poules devaient être mortes désormais. Il allait le venger, les venger !

(hors-rp : désolé pour ce rp complètement hors-sujet, je n'avais pas d'idée de quoi répondre)

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Spoiler:
 
Thanks Mister Freeze !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-of-mar-rpg.forumactif.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journée de classe : galèreuh [pv : Pologne et Canada]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journée de classe : galèreuh [pv : Pologne et Canada]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Victoire Repugnante de la classe politique traditionnelle
» Haiti a la recherche de sa classe moyenne
» Le Zobal,une classe futur a venir,mais déja dans le role play.
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Axis power hetalia :: A l'Action ! :: Autres Lieux :: WW Academy-
Sauter vers: